Skip to main content

Face masks and social distancing: Due to the rising prevalence of COVID-19 in our communities, we strongly encourage healthcare staff and visitors to wear a face covering in all of our settings, particularly in clinical areas and those with high footfall. Please exercise a common-sense approach and personal responsibility to help us reduce the impact of COVID-19 on our patients, workforce and services. In addition to wearing a face covering, it is important to continue to maintain social distancing where possible. Thank you for your continued support and co-operation at this time. We continue to regularly review our advice based on prevalence in our communities and our hospitals.

Vaccinations Covid – Une démystification en trois minutes

Fait: Tous les vaccins ont été soumis à des essais cliniques et ont été jugés sûrs. Mais la surveillance de la sécurité de ces vaccins se poursuit, ce qui est généralement le cas pour les nouveaux vaccins. Certaines affirmations sur Internet utilisent ces dates de fin d'étude (2023 pour Pfizer), mais omettent de préciser le contexte dans lequel elles s'inscrivent.

Fait: Il s'agit d'une idée fausse sur le fonctionnement des vaccins Pfizer et Moderna, qui utilisent une nouvelle technologie appelée ARNm.

Les vaccins contiennent une petite partie des instructions génétiques du coronavirus (et non le virus entier) pour aider votre organisme à apprendre à le combattre, mais ces instructions messagères ne peuvent pas être combinées à votre ADN et sont détruites par l'organisme peu après leur utilisation.

Fait: Faux, car ils ne contiennent pas de forme active du virus. Les effets secondaires temporaires que vous pouvez ressentir (tout le monde ne les éprouve pas) ne sont que la réponse naturelle de votre propre système immunitaire, qui réagit comme s'il combattait un vrai virus.

Fait: Il n'existe aucune preuve à l'appui de cette affirmation et aucun mécanisme par lequel les vaccins pourraient nuire à la fertilité d'une femme. Un mythe qui a circulé sur Internet avance qu'une protéine en pointe du coronavirus, qui est attaquée par les anticorps produits par une personne vaccinée, est similaire à une protéine présente dans le placenta. Or, ceci est faux. Elles ne sont pas suffisamment similaires pour qu'il y ait lieu de s'inquiéter.

Fait: Aucun vaccin n'offre une protection à 100 %. Mais après deux doses, les vaccins actuels offrent globalement une très bonne protection contre le Covid. Et ils sont très efficaces (96% pour Pfizer et 92% pour Oxford-AstraZeneca) contre les hôpitaux de la variante Delta.

Rappelez-vous que même les personnes les plus en forme peuvent contracter une mauvaise infection au Covid, alors pourquoi risquer de découvrir à ses dépens que vous pouvez en faire partie?

De plus, même certaines personnes qui présentent des symptômes légers peuvent développer un Covid long, c'est-à-dire que la fatigue, l'essoufflement, les douleurs musculaires et les difficultés de concentration persistent longtemps après l'infection initiale.

Fait: Ce mythe a fait l'objet d'une grande publicité, mais ce sont l'infection naturelle au Covid et le Covid long qui sont associés au dysfonctionnement érectile chez l'homme. Il n'y a pas eu de rapports d'impuissance liés à la vaccination, la vaccination étant recommandée pour se protéger contre cet effet secondaire de l'infection au Covid.

Find us on

Rydym yn croesawu gohebiaeth a galwadau ffôn yn y Gymraeg neu'r Saesneg. Atebir gohebiaeth Gymraeg yn y Gymraeg, ac ni fydd hyn yn arwain at oedi. Mae’r dudalen hon ar gael yn Gymraeg drwy bwyso’r botwm ar y dde ar frig y dudalen.

We welcome correspondence and telephone calls in Welsh or English. Welsh language correspondence will be replied to in Welsh, and this will not lead to a delay. This page is available in Welsh by clicking ‘Cymraeg’ at the top right of this page.